Achat CBD

Acheter du CBD à Genève

Comme nous l’avons découvert, lorsqu’il s’agit de CBD, il n’y a pas de question « de base ». Il est difficile de naviguer dans le monde du CBD, notamment parce qu’il n’existe pas encore de carte. La science connaît le cannabidiol depuis les années 1940. Mais à l’époque de la folie du cannabis, les études scientifiques étaient rares. Et comme le cannabis était vendu au marché noir, il n’y avait pas beaucoup de demande pour une substance qui ne vous fait pas planer. C’est similaire à ce qui s’est passé avec l’alcool au début du 20e siècle : Pendant la Prohibition, les bootleggers fabriquaient du gin de baignoire, pas de la bière artisanale.

Des experts répondent à toutes vos questions sur le CBD

Ce n’est qu’au cours des dernières années que la recherche sur le CBD s’est vraiment accélérée, mais même maintenant, les études restent paralysées par son statut juridique obscur. La convention agricole de 2011  a légalisé la production de chanvre – un cannabis cultivé pour la production de fibres plutôt que pour la résine qui vous fait planer – et a inclus des dispositions très spécifiques pour autoriser la fabrication et la vente de produits à base de CBD dérivés du chanvre. (A Genève, c’est le type de produits que vous trouverez en vente en dehors des dispensaires agréés par l’État). Mais aux yeux du gouvernement fédéral, le CBD, comme le cannabis lui-même, reste classé parmi les drogues de l’annexe I. En d’autres termes, il s’agit en quelque sorte d’une drogue.

En bref, c’est une sorte de bazar bureaucratique en ce moment.

Mais manifestement, rien de tout cela n’a empêché le CBD de se développer pour devenir un marché d’un milliard de francs Suisse. Pour tenter d’obtenir des réponses à certaines questions fondamentales, nous avons contacté deux experts locaux. Mais comme nous l’avons découvert, en matière de CBD, il n’y a pas de question « de base ».

Que savons-nous réellement des avantages médicaux du CBD ?

Eh bien, cela dépend en quelque sorte de la définition de « savoir ». Selon les normes de la médecine occidentale, la réponse est « très peu ». Comme pour la plante de cannabis elle-même, des années de prohibition ont bloqué la recherche sur les propriétés thérapeutiques du CBD. Si les données précliniques et d’observation suggèrent que le cannabidiol est efficace pour traiter l’anxiété et les douleurs neuropathiques, telles que celles associées à la fibromyalgie, les études en double aveugle contrôlées par placebo – la référence scientifique – ont été rares.

Mais, bien sûr, l’absence de recherche ne prouve pas une négation.

Ce que on n’aime pas dans la façon dont on en parle parfois, surtout de la part des gens qui sont dédaigneux ou anti-cannabis ou -CBD, c’est qu’ils disent quelque chose comme « Il n’y a pas de preuve », mais ce qu’ils disent vraiment, c’est « Il n’y a pas encore eu d’études sur la question. « Ils modifient le langage pour faire croire qu’il y a des preuves que le CBD n’a pas [de bienfaits médicaux], mais en réalité, il n’y a pas assez de recherches qui montrent beaucoup de choses dans un sens ou dans l’autre. »

Mais des progrès sont accomplis.

L’année dernière, l’autorité du santé publique a approuvé, un médicament contre les crises d’épilepsie contenant du cannabidiol comme principal ingrédient, et les essais cliniques qui en ont résulté ont montré que le CBD était un traitement efficace pour deux formes rares d’épilepsie. Et dans des pays où l’attitude à l’égard du cannabis médical est plus souple, comme la Suisse, des essais cliniques de « phase trois » – c’est-à-dire des études réalisées sur des personnes plutôt que sur des rongeurs ou dans des boîtes de Pétri – sont en cours.

Le CBD doit-il être considéré comme réellement « non psychoactif » ?

Une grande partie de ce qui est écrit sur le CBD utilise ce terme, mais il n’est pas exact. « Scientifiquement parlant, une substance psychoactive est quelque chose qui interagit avec le système nerveux pour produire un changement d’humeur ou de comportement. Et c’est ce que fait le CBD », explique  un expert. Le problème avec le terme « psychoactif », c’est qu’il est associé à l’euphorie, à la défonce ou à un état mental très altéré – je suppose que le mot clé est « très ». Le CBD modifie les états émotionnels et mentaux, mais de manière plus subtile. » La nomenclature préférée est donc « non intoxicante » – ce qui signifie qu’elle peut aider à atténuer votre anxiété dans une situation stressante, mais qu’elle ne vous fera pas ricaner de façon incontrôlée sur vos propres doigts.

Quelle est la différence entre les produits CBD que j’achète dans un dispensaire par exemple ?

En termes simples, le produit que vous trouverez dans un dispensaire sera un produit à spectre complet, c’est-à-dire qu’il contiendra un large éventail d’autres cannabinoïdes naturels de la plante, y compris le THC et de nombreux terpènes. En dehors d’un magasin d’herbe autorisé, le CBD est dérivé du chanvre et contient, selon la loi, moins de 0,3 % de THC en volume.

Mais la matière première n’est pas la seule différence.

Si vous obtenez du CBD dans un dispensaire, il aura été testé pour sa puissance et sa pureté, comme l’exige l’État. Mais au-delà de l’autorité de santé publique  qui interdit aux entreprises de faire de la publicité pour des allégations de santé non vérifiées sur leurs produits, le marché du CBD dérivé du chanvre est fondamentalement non réglementé, ce qui signifie qu’il y a beaucoup de produits de valeur douteuse qui occupent les étagères des magasins et flottent en ligne. Dans une étude publiée en 2017 dans un Journal, des chercheurs ont testé de manière indépendante 84 produits et ont constaté que moins de 10 % des produits étaient des produits de qualité. Voici une piste parmi d’autres https://www.vente-cannabis-cbd.ch/geneve/ qui vous permettra d’acheter votre CBD à Genève !

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code